La chute de l’homme, partie 5

« La circoncision de la chair, qui est vidée de son sens d’annoncer la circoncision du cœur, le sacrifice d’animal, qui ne pointe pas vers le sacrifice de Jésus-Christ, ces rites ne sont pas plus valables que ceux pratiqués chez les païens. Chez les païens, on pratiquait la circoncision. Selon le Nouveau Dictionnaire Biblique, les Égyptiens la pratiquaient bien avant que Dieu l’ordonne à Abraham. Les sacrifices d’animaux étaient aussi pratiqués bien avant la loi mosaïque. Abel, le fils d’Adam et Ève, a offert à Dieu un sacrifice des premiers-nés de son bétail. Les Juifs qui ont continué ces pratiques n’ont pas reconnu que Jésus-Christ a accompli ce que ces rites annonçaient. Quand un Juif s’adonne à ces pratiques, ça a la même valeur que lorsque c’est un non Juif, c’est-à-dire que ce ne sont que des rudiments du monde. »

 

La semaine passée, nous avons vu qu’il y a eu un chevauchement de l’ancienne alliance avec la nouvelle.

Je vous avais dit que l’ancienne alliance a pris fin en 70. Entre la croix et l’an 70, année de la destruction du temple de Jérusalem, il s’est passé 40 ans, ce que la Bible considère comme une génération. Ce que je ne vous ai pas dit, c’est la raison qui amène à proposer que ce soit en 70 : c’est l’année de la destruction du temple. Or, cet événement est le signe donné par Jésus à ses apôtres :

Comme Jésus s’en allait, au sortir du temple, ses disciples s’approchèrent pour lui en faire remarquer les constructions. Mais il leur répondit : Voyez-vous tout cela ? En vérité je vous le dis, il ne restera pas ici pierre sur pierre qui ne soit renversée. Il s’assit sur le mont des Oliviers. Et les disciples vinrent en privé lui dire : Dis-nous quand cela arrivera-t-il et quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde ? (Matthieu 24.1-3)

Je ne donnerai pas ce matin toutes les interprétations de ce chapitre, mais ce que je comprends, c’est que la destruction du temple marque la fin du judaïsme. La raison est celle-ci : Jésus n’annonce pas de reconstruction du temple après 70. Le temple était le cœur de toute la religion juive. C’était le lieu pour les sacrifices. C’était là où Dieu manifestait sa présence dans le lieu très saint. Avec la destruction du temple, tout s’écroule pour cette alliance avec Israël. Après 70, l’alliance avec Israël a disparu. Nous avions vu Hébreux 8.13 :

En disant : une alliance nouvelle, il a déclaré la première ancienne ; or, ce qui est ancien, ce qui a vieilli, est près de disparaître. (Hébreux 8.13)

L’ancienne alliance n’est plus. La raison est qu’elle a rempli sa fonction de préparer la nouvelle alliance. Lorsqu’on est rendu sur la lune, on n’a plus besoin du téléscope qui nous permettait de la voir de loin, mais il y a eu un chevauchement et c’est ce qui explique que même les apôtres se sont adonnés à certaines pratiques juives :

Paul voulut emmener Timothée avec lui ; il le prit donc, et le circoncit, à cause des Juifs qui étaient dans ces lieux-là, car tous savaient que son père était grec. (Actes 16.3)

Puis, dans Actes 21, à partir du verset 16 :

Quelques disciples de Césarée vinrent aussi avec nous, et nous conduisirent chez un nommé Mnason, de l’île de Chypre, ancien disciple, chez qui nous devions loger. Lorsque nous arrivâmes à Jérusalem, les frères nous reçurent avec joie. Le lendemain, Paul se rendit avec nous chez Jacques, et tous les anciens s’y réunirent. Après les avoir salués, il raconta en détail ce que Dieu avait fait au milieu des païens par son ministère. Quand ils l’eurent entendu, ils glorifièrent Dieu. Puis ils lui dirent : Tu vois, frère, combien de milliers de Juifs ont cru, et tous sont zélés pour la loi. Or, ils ont appris que tu enseignes à tous les Juifs qui sont parmi les païens à renoncer à Moïse, leur disant de ne pas circoncire les enfants et de ne pas se conformer aux coutumes. Que faire donc ? Sans aucun doute la multitude se rassemblera, car on saura que tu es venu. C’est pourquoi fais ce que nous allons te dire. Il y a parmi nous quatre hommes qui ont fait un vœu ; prends-les avec toi, purifie-toi avec eux, et pourvois à leur dépense, afin qu’ils se rasent la tête. Et ainsi tous sauront que ce qu’ils ont entendu dire sur ton compte est faux, mais que toi aussi tu te conduis en observateur de la loi. À l’égard des païens qui ont cru, nous avons décidé et nous leur avons écrit qu’ils eussent à s’abstenir des viandes sacrifiées aux idoles, du sang, des animaux étouffés, et de l’impudicité. Alors Paul prit ces hommes, se purifia, et entra le lendemain dans le temple avec eux, pour annoncer à quel jour la purification serait accomplie et l’offrande présentée pour chacun d’eux. (Actes 21.16-26)

Même après sa conversion, Paul a pratiqué la loi, mais uniquement dans le but d’ouvrir des portes de l’évangile auprès des Juifs. Je ne pense pas que nous devrions faire de même aujourd’hui, c’est-à-dire de pratiquer les rites juifs. Ma pensée est que Paul l’a fait, parce que Dieu n’avait pas encore mis fin à l’ancienne alliance. Elle était encore en force jusqu’en 70, c’est-à-dire jusqu’à la destruction du temple. Dans ses enseignements, Paul associe les pratiques juives aux pratiques païennes. Il compare l’ancienne alliance et la loi qui lui était rattachée à un tuteur pour enfant. Il dit en Galates 4.3-5 :

Nous aussi, lorsque nous étions enfants, nous étions asservis aux principes élémentaires du monde ; mais lorsque les temps furent accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme, né sous la loi, afin de racheter ceux qui étaient sous la loi, pour que nous recevions l’adoption. (Galates 4.3-5)

Au verset 9, alors que les Galates étaient tentés d’appliquer la circoncision, il ajoute :

Mais maintenant, après avoir connu Dieu, et surtout après avoir été connus de Dieu, comment retournez-vous à ces faibles et pauvres principes élémentaires auxquels vous voulez à nouveau vous asservir ? (Galates 4.9)

La circoncision de la chair, qui est vidée de son sens d’annoncer la circoncision du cœur, le sacrifice d’animal, qui ne pointe pas vers le sacrifice de Jésus-Christ, ces rites ne sont pas plus valables que ceux pratiqués chez les païens. Chez les païens, on pratiquait la circoncision. Selon le Nouveau Dictionnaire Biblique, les Égyptiens la pratiquaient bien avant que Dieu l’ordonne à Abraham. Les sacrifices d’animaux étaient aussi pratiqués bien avant la loi mosaïque. Abel, le fils d’Adam et Ève, a offert à Dieu un sacrifice des premiers-nés de son bétail. Les Juifs qui ont continué ces pratiques n’ont pas reconnu que Jésus-Christ a accompli ce que ces rites annonçaient. Quand un Juif s’adonne à ces pratiques, ça a la même valeur que lorsque c’est un non Juif, c’est-à-dire que ce ne sont que des rudiments du monde.

Les promesses

Un autre angle pour comprendre le lien entre l’alliance mosaïque et la nouvelle alliance, ce sont les promesses respectives qui leur sont rattachées.

Quelles étaient les promesses rattachées à l’ancienne alliance? Nous devons reculer à l’alliance abrahamique pour comprendre les promesses. Dieu a fait trois promesses à Abraham et sa descendance :

  • Un pays béni
  • Une descendance
  • La bénédiction à toutes les nations

Ces promesses sont réalisées dans la nouvelle alliance et nous découvrons que ces promesses sont meilleures que ce que nous lisons dans l’Ancien Testament.

Daniel Durand, pasteur
29 décembre 2019

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email