La chute de l’homme, partie 4

« Adam, par sa désobéissance, a entraîné tous ses descendants dans la condamnation et la mort. Jésus, par son obéissance, entraîne tous ses descendants spirituels, ceux qu’il engendre spirituellement, dans la justification et la vie éternelle. Donc, tout se passe entre l’alliance adamique et la nouvelle alliance. »

 

La semaine passée, nous avons vu que l’alliance mosaïque jette une loupe sur l’alliance adamique :

Ce matin, nous allons voir le deuxième rôle de cette alliance.

Un téléscope

Le deuxième rôle, c’est d’être un téléscope vers la croix du Christ, c’est-à-dire que l’alliance mosaïque ne fait pas que mettre en relief des réalités de l’alliance adamique : elle annonce les réalités de la nouvelle alliance. À travers des ombres, des préfigurations, des types, des prophéties, tout pointait vers la nouvelle alliance. Je dirais même plus : en réalité, il n’y a que deux alliances éternelles qui regroupent tous les humains.

Tous les hommes, autant juifs que non juifs, se retrouvent dans une de ces deux alliances. Ils sont en Adam et meurent en Adam ou ils sont en Jésus-Christ et vivent en Jésus-Christ. Tous les Juifs qui ne se sont pas convertis ne sont pas condamnés en raison de l’alliance mosaïque, mais en raison de l’alliance adamique : ils sont morts en Adam.

Romains 5 développe ce point. Remarquez le fait que Paul va passer de la situation de tous les hommes en Adam à l’alliance mosaïque caractérisée par la loi sinaïtique :

C’est pourquoi, de même que par un seul homme [Adam] le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort a passé sur tous les hommes, parce que tous ont péché, […] (Romains 5.12)

Le pronom « tous » désigne les Juifs comme les non Juifs.

car, jusqu’à la promulgation de la loi [alliance mosaïque], le péché était dans le monde ; mais le péché n’est pas mis en compte, quand il n’y a pas de loi. Cependant la mort a régné depuis Adam jusqu’à Moïse, même sur ceux qui n’avaient pas péché par une transgression semblable à celle d’Adam, lequel est la figure de celui qui devait venir. (Romains 5.13-14)

Adam était la figure de celui qui devait venir, c’est-à-dire Jésus-Christ. Paul s’intéresse à Adam et à Jésus-Christ, à l’alliance adamique et à la nouvelle alliance.

Mais il n’en est pas du don gratuit comme de la faute ; car, si par la faute d’un seul, beaucoup sont morts, à plus forte raison la grâce de Dieu et le don qui vient de la grâce d’un seul homme, Jésus-Christ, ont-ils été abondamment répandus sur beaucoup. Il n’en va pas de ce don comme du péché d’un seul homme. Car le jugement après une seule faute aboutit à la condamnation, tandis que le don gratuit après de nombreuses fautes aboutit à la justification. Si par la faute d’un seul, la mort a régné par lui seul, à bien plus forte raison ceux qui reçoivent l’abondance de la grâce et du don de la justice régneront-ils dans la vie par le seul Jésus-Christ. Ainsi donc, comme par une seule faute la condamnation s’étend à tous les hommes, de même par un seul acte de justice, la justification qui donne la vie s’étend à tous les hommes. En effet, comme par la désobéissance d’un seul homme, beaucoup ont été rendus pécheurs, de même par l’obéissance d’un seul, beaucoup seront rendus justes. (Romains 5.15-19)

Maintenant, quel est le rôle de l’alliance mosaïque dans tout cela, puisque chacun est en Adam et meure ou est en Jésus-Christ et vit? Le verset suivant nous parle du rôle de l’alliance mosaïque.

Or, la loi est intervenue pour que la faute soit amplifiée ; mais là où le péché s’est amplifié, la grâce a surabondé. (Romains 5.20)

Quelle faute était présente avant la loi mosaïque, sinon celle d’Adam qui entraîne tous les hommes dans le péché, la condamnation et la mort éternelle? L’alliance mosaïque amplifiait ce qui était déjà présent, c’est-à-dire la situation de l’homme dans l’alliance adamique.

De la sorte, comme le péché a régné avec la mort, ainsi la grâce règne par la justice, pour la vie éternelle, par Jésus-Christ notre Seigneur. (Romains 5.21)

Paul situe tous les hommes en Adam ou en Jésus-Christ. L’alliance adamique et la nouvelle alliance sont les deux seules alliances éternelles : on meure en Adam et on vit en Jésus-Christ, Jésus étant le dernier Adam. Jésus est venu récupérer l’alliance adamique pour ceux qui croient en lui. Ainsi, Adam et Ève ont été expulsés du jardin béni et, par conséquent, tous leurs descendants ont été expulsés du jardin d’Éden. Toute leur descendance est née en dehors du jardin d’Éden.

Jésus nous amène dans son royaume où nous retrouverons… vous savez quoi?

Heureux ceux qui lavent leurs robes, afin d’avoir droit à l’arbre de vie, et d’entrer par les portes dans la ville ! (Apocalypse 22.14)

Adam, par sa désobéissance, a entraîné tous ses descendants dans la condamnation et la mort. Jésus, par son obéissance, entraîne tous ses descendants spirituels, ceux qu’il engendre spirituellement, dans la justification et la vie éternelle. Donc, tout se passe entre l’alliance adamique et la nouvelle alliance.

L’alliance mosaïque, ou l’alliance avec Israël, n’avait qu’une fonction pédagogique en mettant la loupe sur l’alliance adamique et en annonçant la nouvelle alliance. Cette alliance avec Israël réitère l’alliance adamique. Nous le voyons par les points suivants : cette alliance maintient les membres dans l’alliance des œuvres, c’est-à-dire que le sort des membres est déterminé par leur obéissance à Dieu. C’était vrai pour Adam et c’était vrai pour les Israélites.

Cette alliance avait comme but de reconstituer la condition spirituelle d’Adam et d’Ève, expulsés du jardin. La séparation forcée par Dieu est maintenue au temple alors que le Juif n’avait pas accès au lieu très saint. Cette alliance avec Israël confirme la loi de Dieu. Maintenant, qu’est-il arrivé de l’alliance avec Israël?

En disant : une alliance nouvelle, il a déclaré la première ancienne ; or, ce qui est ancien, ce qui a vieilli, est près de disparaître. (Hébreux 8.13)

L’épître aux Hébreux a été écrite évidemment après la Pentecôte comme tous les autres livres du Nouveau Testament, mais aussi, avant la destruction du temple en 70, puisque l’auteur affirme que le temple est encore en fonction lorsqu’il écrit son ouvrage. Par conséquent, il y a eu chevauchement de l’ancienne et de la nouvelle alliance.

Daniel Durand, pasteur
22 décembre 2019

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email