La chute de l’homme, partie 1

Nous avons vu jusqu’à maintenant la doctrine des Écritures, puis le Dieu trinitaire, ensuite les décrets divins, puis la création et, plus récemment, la providence divine. Nous allons maintenant regarder la question de la chute de l’homme, le péché et le châtiment, mais juste avant, quelques rappels sur la création de l’homme, parce qu’il est important de savoir qui a péché.

Tous les hommes en alliance

Le premier point, nous l’avions vu lorsque j’ai enseigné sur la création de l’homme, c’est que toute l’humanité est en alliance avec Dieu. En fait, puisque nous sommes tous en Adam, nous sommes tous dans l’alliance adamique tant que nous ne sommes pas transportés dans l’alliance de grâce, la nouvelle alliance. Si Adam avait obéi, nous aurions certainement bénéficié de la vie éternelle, mais comme Adam a désobéi, nous sommes entraînés dans sa désobéissance et ses conséquences.

L’homme droit et parfait

Lorsque nous pensons à l’humanité, nous voyons tout le mal qu’elle peut commettre et toute la souffrance qu’elle peut subir. Les hommes sont capables des pires atrocités : des parents abandonnent leurs enfants; d’autres abusent d’eux sexuellement.

Des gouvernements torturent des paysans uniquement parce que ceux-ci ont dit quelque chose qui ne plait pas. Les humains sont capables des pires crimes et, pourtant, à l’origine, ce n’était pas ainsi. Nous avions vu que Dieu a tout donné à l’homme, les plus grands honneurs qu’une créature puisse recevoir. Il l’a comblé : il suffit de se rappeler la description du jardin dans Genèse 2.

Adam et Ève ont été créés justes et parfaits, ce qui implique une inclinaison au bien, à obéir à Dieu :

Dieu vit alors tout ce qu’il avait fait, et voici : c’était très bon. Il y eut un soir et il y eut un matin : ce fut un sixième jour. (Genèse 2.1)

Seulement, voici ce que j’ai trouvé, c’est que Dieu a fait les hommes droits ; mais ils ont cherché bien des subtilités. (Ecclésiaste 7.29)

L’homme n’a pas été créé neutre, sans inclinaison, mais Dieu a fait les hommes droits. Peut-être y a-t-il un sens physique. L’homme se tient debout. Adam a accueilli les animaux fort probablement debout, se présentant avec une autorité devant eux. Il est possible que cette caractéristique physique reflète une réalité spirituelle et c’est plus dans cette sphère, la sphère spirituelle, qu’il nous faut regarder. D’abord, l’image de Dieu selon laquelle l’homme a été créé a certainement un lien. Étant à son image, l’homme est créé avec une droiture. Dans cette position de droiture, l’homme a reçu en plus un contexte pour vivre cette droiture. Il a été placé dans un jardin béni, un jardin d’abondance. Il a reçu les plus grands honneurs pour une créature, c’est-à-dire d’abord être en image de Dieu, avoir la domination sur la création et être collaborateur avec Dieu.

La droiture qui caractérisait l’homme avant la chute doit nous convaincre que l’homme avait la capacité d’obéir à Dieu. Il avait la capacité dans la liberté de sa propre volonté de maintenir sa position devant Dieu en obéissant par la foi, capable de bien moral, en règle avec la justice de Dieu. L’homme devait vivre dans cette droiture en communion avec son créateur. Ainsi, le travail, la domination, la multiplication, tout cela devait être fait dans une perspective d’honorer le créateur.

L’homme a été appelé à collaborer avec Dieu, à prendre part, à être un associé dans les œuvres de Dieu. L’homme, loin d’être perdant dans cette affaire, pouvait jouir de toute la création, mais surtout, de la présence du créateur exprimée par la présence de l’arbre de vie duquel l’homme devait se nourrir.

Daniel Durand, pasteur
24 novembre 2019

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email