Caractéristiques du royaume, Jean 18.36-37

« Un royaume inauguré, un royaume inébranlable, un royaume qui s’établit progressivement, un royaume international, un royaume destructeur, un royaume final… quel privilège, frères et sœurs, d’appartenir à ce royaume! »

Bonjour à vous tous. On se retrouve virtuellement et je pense que nous pouvons rendre grâce au Seigneur pour ces moyens technologiques qu’il nous donne et qui nous permettent de rester en contact plus facilement en cette période de confinement. Lorsque je prêche à l’Église, je projette les versets à l’écran géant. Puisque je n’ai pas encore la compétence de mettre les versets dans la vidéo, je vous encourage à prendre votre Bible pour suivre avec moi et pour examiner toute chose que je vais dire.

Ce matin, je ne parlerai pas du virus et c’est un choix. Dans les méditations quotidiennes que je vous envoie, je tente de traiter des divers aspects de ce virus en lien avec la foi, la perspective biblique, mais ce matin, j’ai pensé que ça nous ferait du bien de penser un peu à autre chose, sans toutefois oublier cette situation qui occupe de toute façon nos pensées. Ce n’est pas que je n’en parlerai pas : c’est plutôt que ce ne sera pas le sujet principal de la prédication. De plus, la prédication sera plus courte que ce que je fais d’habitude. Je suis conscient que c’est moins facile de rester concentré en écoutant une prédication sur Internet. Alors, nous allons poursuivre la série sur l’évangile de Jean. Ceux qui nous écoutent et qui n’ont pas entendu les autres prédications de la série, vous pouvez en tout temps vous rendre sur notre site Internet et les écouter. Elles sont au format audio.

Texte biblique

Jésus répondit : Mon royaume n’est pas de ce monde. Si mon royaume était de ce monde, mes serviteurs auraient combattu pour moi, afin que je ne sois pas livré aux Juifs ; mais maintenant, mon royaume n’est pas d’ici-bas. Pilate lui dit : Tu es donc roi ? Jésus répondit : Tu le dis : je suis roi. Voici pourquoi je suis né et voici pourquoi je suis venu dans le monde : pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix. (Jean 18.36-37)

Que le Seigneur bénisse sa Parole. Nous allons prier.

Exposé

Dans la dernière prédication, nous avions vu que les expressions « Royaume des cieux », qu’on retrouve uniquement dans l’évangile de Matthieu, et « Royaume de Dieu », utilisée aussi par Matthieu ainsi que par les trois autres évangélistes (Luc la reprend dans le livre des Actes, de même que par Paul), ces deux expressions sont tout à fait synonymes : elles réfèrent au même royaume. Ce matin, nous allons regarder certaines réalités de ce royaume. Comme je vous l’avais dit il y a quelques semaines, le royaume est le sujet sur lequel Jésus a le plus enseigné durant son ministère terrestre. Ce n’est pas sur l’amour, mais c’est sur le royaume, parce que le royaume résume tout le projet de Dieu qui est inauguré dans cette création-ci et qui connaîtra son apogée dans la nouvelle création.

Inauguré

Comme je vous l’ai dit, cet enseignement est la suite de ce que j’avais dit lors des dernières prédications, alors que nous pouvions encore nous réunir en Église. Par conséquent, je ne répèterai pas ce que j’ai déjà enseigné. Le premier point que j’aimerais faire ressortir du royaume de Jésus-Christ, c’est qu’il est inauguré :

Mais, si c’est par l’Esprit de Dieu, que moi, je chasse les démons, le royaume de Dieu est donc parvenu jusqu’à vous. (Matthieu 12.28)

Jésus n’annonce jamais le report du royaume. Au contraire, il affirme son inauguration par sa présence. Lorsque Jésus est venu, le Roi des rois a inauguré son royaume. Jésus ajoute :

C’est pourquoi, je vous le dis, le royaume de Dieu vous sera enlevé et sera donné à une nation qui en produira les fruits. (Matthieu 21.43)

Dans son commentaire sur ce verset, John MacArthur affirme que Jésus parle de la nation juive qui rejette le messie. Le royaume qui leur avait été adressé leur est enlevé non pas pour leur être remis plus tard, dans une période lointaine, mais plutôt pour qu’il soit remis à une nation qui en produira les fruits. Il ajoute que cette nation sont les non Juifs qui croient. Plus loin, il dit que c’est l’Église. Le royaume de Jésus-Christ est le rassemblement de tous les croyants, qu’ils soient d’origine juive ou païenne.

Inébranlable

Le prochain point concernant le royaume, c’est qu’il est inébranlable. Dans le deuxième chapitre du livre du prophète Daniel, celui-ci interprète le rêve du roi Neboukadnetsar. Nous ne pourrons pas le lire, mais je vous invite à le faire à la maison. Lisons le texte à partir du verset 32. Les versets 32 et 33 décrivent une statue et les versets 34 et 35 présentent une pierre très particulière :

La tête de cette statue était d’or pur ; sa poitrine et ses bras étaient d’argent ; son ventre et ses cuisses étaient de bronze ; ses jambes, de fer ; ses pieds, en partie de fer et en partie d’argile. Tu regardais, lorsqu’une pierre se détacha sans le secours d’aucune main, frappa les pieds de fer et d’argile de la statue et les réduisit en poussière. Alors le fer, l’argile, le bronze, l’argent et l’or furent pulvérisés ensemble et devinrent comme la balle qui s’échappe d’une aire en été ; le vent les emporta, et nulle trace n’en fut retrouvée. Mais la pierre qui avait frappé la statue devint une grande montagne et remplit toute la terre.

Daniel donne au roi l’interprétation de son rêve. Ce texte est très important et je vous encourage vraiment à le lire (Daniel 2). Le prophète donne l’interprétation au roi : il lui dit que la tête de la statue, c’est lui (Daniel 2.38). Neboukadnetsar était roi de Babylone. C’était donc l’époque de l’empire babylonien. Puis, au verset 39, Daniel informe le roi qu’après lui, il y aura un autre royaume. C’est l’empire perse représenté par le tronc et les bras; puis, un autre royaume, l’empire grec représenté par les jambes; finalement, l’empire romain représenté par les pieds. C’est durant l’empire romain que le messie est venu, ce que représente la pierre qui roule et qui écrase la statue. Le messie inaugure le royaume. Lisons les versets 44 et 45 :

Dans le temps de ces rois, le Dieu des cieux suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit, et ce royaume ne passera pas sous la domination d’un autre peuple ; il pulvérisera et anéantira tous ces royaumes-là, et lui-même subsistera éternellement. Ainsi, tu as vu la pierre se détacher de la montagne sans le secours d’aucune main, et elle a pulvérisé le fer, le bronze, l’argile, l’argent et l’or. (Daniel 2.44-45)

Nous apprenons au verset 44 que Dieu a suscité un royaume alors que c’était l’empire romain qui était en force, que ce royaume allait pulvériser et anéantir tous ces royaumes et que le royaume de Dieu subsistera éternellement à partir de ce moment-là. Or, c’est justement sous l’empire romain que le messie est venu et qu’il a inauguré le royaume.

Progressif

Le royaume des cieux est aussi progressif dans le temps.

Mais la pierre qui avait frappé la statue devint une grande montagne et remplit toute la terre. (Daniel 2.35)

Il y a une progression : la pierre devint une grande montagne. Ainsi, le royaume de Dieu progresse. Il gagne du terrain. Il s’impose peu à peu. Nous ne réalisons pas que le royaume progresse, mais il progresse. À chaque jour, le Seigneur sauve ses élus qui sont transportés dans son royaume.

International

La progression du royaume gagne toutes les nations. Le verset 35, que nous venons de lire, nous informe que ce royaume remplit toute la terre. Cette expansion ne se fait pas sans nous. Nous sommes appelés à faire de toutes les nations des disciples. Le Seigneur nous rend participants à ce glorieux projet. C’est une grande joie de savoir que nous avons des frères et sœurs de partout sur la terre.

Destructeur

Le royaume de Dieu est aussi destructeur. Au verset 35, il pulvérise tous les autres royaumes. S’il fallait que ce royaume n’extermine pas les autres, nous n’aurions aucune sécurité, mais ce n’est pas le cas. Le royaume de Jésus-Christ écrase tous les autres royaumes. Toutes les dominations, toutes les puissances, les autorités, les pouvoirs démoniaques et humaines ont été écrasés à la croix. Nous les voyons encore et nous devons lutter contre elles, selon Éphésiens 6, mais ils reculent face à la progression du royaume de Dieu. Gardons-nous de remettre en question cette réalité.

En lui soumettant ainsi toutes choses, Dieu n’a rien laissé qui reste insoumis. Cependant, nous ne voyons pas encore maintenant que toutes choses lui soient soumises. (Hébreux 2.8)

Nos yeux nous trompent face aux réalités spirituelles. Dieu a tout soumis à son Fils, bien que nous ne le voyons pas encore : autrement dit, c’est là, mais invisible à nos yeux.

Final

Une autre caractéristique du royaume de Jésus-Christ, c’est qu’il s’agit du royaume final. C’est implicite dans le fait qu’il pulvérise tous les autres royaumes et qu’il subsistera éternellement. Tous les royaumes humains, tous les régimes politiques depuis les tout débuts des civilisations, sont tombés ou vont tomber, mais nous n’appartenons pas à ces royaumes : nous appartenons au royaume de Jésus-Christ.

Un royaume inauguré, un royaume inébranlable, un royaume qui s’établit progressivement, un royaume international, un royaume destructeur, un royaume final… quel privilège, frères et sœurs, d’appartenir à ce royaume!

Application

Le plus beau de ce royaume, c’est que c’est Jésus-Christ qui en est le Roi. Frères et sœurs, ce sujet est d’autant plus d’actualité : nous voyons tous les pays déstabilisés, les budgets de pratiquement tous les pays ne tiennent plus, les structures sociales sont ébranlées, tout ça en raison d’un virus. Sans se réjouir du tout de ce qui se passe en ce moment, nous avons le grand privilège de voir sous nos yeux la vulnérabilité de ce monde comme peu de gens l’ont vue. Frères et sœurs, tous ceux qui se confient dans les hommes sont probablement désillusionnés, mais pour nous, chrétiens, notre royaume avance. Même ce qui se passe présentement n’est qu’une étape dans le plan de Dieu. Réjouissons-nous que notre cité soit dans les cieux.

Face aux nouvelles qui risquent d’atteindre notre moral, peut-être même ébranler notre foi, il est bon de se replacer dans la perspective biblique. Nous avons un roi éternel. Nous sommes dans son royaume si nous croyons en Jésus-Christ. Adorons notre Roi. Servons notre Roi. Honorons notre Roi. Prions.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email