Haïs et persécutés pour Jésus, Jean 15.18-25

« Le monde aime les ténèbres. Le Seigneur met l’inimitié entre le monde et son peuple en faisant de ses enfants des enfants de lumière. Il fait de nous ce que le monde n’aime pas. Avez-vous réfléchi au fait que plus le Seigneur vous transforme à l’image de son Fils, plus vous devenez détestables pour le monde? Plus vous appliquez la loi de Dieu, plus vous lui obéissez, plus vous devenez un irritant pour les inconvertis. Le miroir que vous leur présentez devient encore plus clair. Il fait davantage ressortir le visage hideux du péché. »

 

Introduction

Ce matin, nous poursuivons là où nous étions rendus dans l’évangile de Jean, et nous lirons au chapitre 15 les versets 18 à 25.

Si le monde a de la haine pour vous, sachez qu’il m’a haï avant vous. Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui est à lui ; mais parce que vous n’êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela, le monde a de la haine pour vous. Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite : Le serviteur n’est pas plus grand que son maître. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi ; s’ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre. Mais tout cela, ils vous le feront à cause de mon nom, parce qu’ils ne connaissent pas celui qui m’a envoyé. Si je n’étais pas venu et si je ne leur avais point parlé, ils n’auraient pas de péché. Maintenant, ils n’ont pas d’excuse pour leur péché. Celui qui a de la haine pour moi, a aussi de la haine pour mon Père. Si je n’avais pas fait parmi eux les œuvres que nul autre n’a faites, ils n’auraient pas de péché. Maintenant ils les ont vues, et ils ont haï, et moi et mon Père. Mais que cette parole, écrite dans leur loi, soit accomplie : Ils m’ont haï sans cause. (Jean 15.18-25)

Que le Seigneur bénisse sa Parole.

Exposé

Dans ces versets, Jésus annonce aux disciples la haine dont ils seront l’objet de la part du monde. Ces versets nous font passer d’une situation à son revers. Jésus vient de parler de son amitié pour ses disciples. Jésus venait de leur déclarer son amour au verset 9 :

Comme le Père m’a aimé, moi aussi, je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. (Jean 15.9)

Il ajoute aux versets 12 à 14 :

Voici mon commandement : Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés. Il n’y a pour personne de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. Vous êtes mes amis, si vous faites ce que je vous commande. (Jean 15.12-14)

La communauté que Jésus rassemble autour de lui et, par extension, l’Église, est une communauté caractérisée par l’amour parfait, l’amour qui se donne pour l’autre; l’amour qui prend sa norme en Jésus-Christ, qui s’est donné pour nous sauver. Quelles belles paroles cela a dû être pour les disciples! Cet amour a cependant son revers, c’est-à-dire la haine du monde envers l’Église. Autrement dit, être aimés de Jésus-Christ, c’est être aimés de celui qui est haï du monde, c’est pourquoi Jésus les prépare à cette dure réalité.

Honnêteté

Le premier point qui ressort, c’est l’honnêteté de Jésus. Il présente les avantages de la vie de disciples : la vie éternelle, l’accès au Père par la prière, le don du Saint-Esprit, une maison préparée et, surtout, un amour inconditionnel de sa part. Aussi, Jésus ne cache pas le prix à payer. Son message est diamétralement opposé à ce qu’on entend souvent : « Viens à Jésus et tous tes problèmes vont se régler. »

J’aimerais vous dire que les disciples ont commencé à avoir des difficultés avec le monde lorsqu’ils se sont mis à suivre Jésus. La vie chrétienne n’est pas une vie de hamac, il y a des efforts constants à faire. Les oppositions viennent de toute part, à commencer par nous-mêmes. L’apôtre Pierre nous exhorte :

Faites tous vos efforts pour joindre à votre foi la vertu […] (2 Pierre 1.5)

Que doit faire l’Église selon Actes 2.42? Persévérer…

Ils persévéraient dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain et dans les prières. (Actes 2.42)

La persévérance indique un effort malgré des vents contraires : notre chair veut le contraire; le monde veut le contraire; les forces démoniaques veulent le contraire. Lorsque la société dans laquelle nous vivons veut faire taire la Bible, nous devrons encore persévérer. Lorsque les politiques gouvernementales vont contre la famille, l’Église, nous devons persévérer dans l’enseignement des apôtres.

Persévérer dans l’enseignement des apôtres ne consiste pas seulement à continuer d’enseigner droitement la Bible : c’est aussi persévérer dans l’application des vérités bibliques. Ce n’est pas juste parce que c’est difficile pour certains de se lever le dimanche matin pour être à l’Église que nous sommes exhortés à persévérer : c’est aussi parce que notre péché nous invite à faire à notre tête et, aussi, parce que la société nous incite à rejeter ce que le Seigneur demande.

Haine contre les chrétiens

Pas de ce monde

La première raison que Jésus donne pour laquelle le monde a de la haine pour nous, c’est notre appartenance.

Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui est à lui ; mais parce que vous n’êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela, le monde a de la haine pour vous. (Jean 15.19)

Le mot « monde » ici désigne la société rebelle, l’humanité perdue. C’est son système de pensée : ce monde qui réfléchit sans Dieu et aussi contre Dieu. C’est incroyable de constater que le même monde qui dit que Dieu n’existe pas s’oppose autant à lui. Comme l’a dit Calvin : « Qu’ont-ils à vouloir détruire celui dont ils nient l’existence? » Ce monde qui rejette toutes les valeurs bibliques, ce monde qui prêche une approche inclusive veut nous exclure. Ce monde qui se dit tolérant ne nous tolère pas. Ce monde appelle le bien « mal »; et le mal, « bien ». Il prend les vertus pour des péchés et les péchés pour des vertus. Ce monde se dit ouvert à tout mais se ferme sur les choses de Dieu. Ce monde est tellement aveuglé qu’il ne voit pas son propre aveuglement. Vous avez sûrement constaté que lorsque nous sommes avec des non chrétiens, il y a un fossé spirituel entre eux et nous. Nous pouvons discuter, nous pouvons échanger sur différents sujets, mais il y a un fossé entre nous, et ce, même avec des gens de notre propre famille. Jésus a bien dit en Matthieu 10.34-36 :

Ne pensez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre ; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. Car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère, et l’homme aura pour ennemis les gens de sa maison. (Matthieu 10.34-36)

C’est une des raisons pour laquelle si un chrétien épouse une non chrétienne, ou vice versa, ça ne fonctionnera pas. Elle pourra être très gentille, il pourra être très attentionné, mais un tel mariage est l’union de deux ennemis. L’amour véritable est impossible.

Conformisme

Une autre raison qui explique cette haine, c’est que l’homme est un conformiste : il n’aime pas les différences fondamentales et radicales. Même si les gens disent que les différences ne les dérangent pas, c’est faux. Je vous donne un exemple : la société dit qu’elle veut vivre dans un monde de différences sur le plan sexuel. La société doit être ouverte sur toutes les pratiques sexuelles que les gens peuvent imaginer. Présentement, il y a ce qu’on appelle les LGBT, ce qui signifie les lesbiennes, les gays, les bisexuels et les transgenres. Ce sigle est en constante révision : on augmente sans cesse le nombre de lettres du sigle. De LGBT, il y a eu LGBTQI : Q pour queer, c’est-à-dire une personne qui ne s’affiche pas comme hétérosexuelle ni comme homosexuelle, parce que cette personne ne sait même pas si elle est un homme ou un femme; le I, qui suit la lettre Q dans le sigle, signifie intersexe et désignerait des personnes qui ne sont ni homme ni femme. Je vous fais grâce de toutes les nouvelles catégories. Je vous montre simplement ce qu’est devenu le sigle aujourd’hui :

L G B T T Q Q I A A P

Ce qui me frappe, c’est qu’il n’y a pas de H pour hétérosexuel, l’union entre un homme et une femme. La société croit accepter toutes les différences, mais au fond, ce n’est pas différent. Cette société a une mentalité commune qui veut que n’importe qui peut faire n’importe quoi avec sa sexualité et que les autres doivent l’accepter et le reconnaître. Le monde dit qu’il est ouvert à tout et à tous, mais c’est faux : il est ouvert à tout ce qui ne les condamne pas. Le monde qui dit être ouvert à tout n’accepte seulement que ce qui est vu comme une liberté individuelle.

Dénonciation

Une autre raison qui explique la haine du monde pour nous, c’est qu’ils se savent condamnés. Le fait de ne pas être de ce monde se voit aussi par nos actions. Jésus a dit en Jean 3.19 :

Et voici le jugement : la lumière est venue dans le monde, et les hommes ont aimé les ténèbres plus que la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. (Jean 3.19)

En nous sauvant, le Seigneur fait de nous des enfants de lumière. Nous sommes la lumière du monde. Les gens nous voient et notre vie de piété et de consécration dénonce leur vie de péché. Par exemple, les non chrétiens voient la persévérance d’un couple chrétien. Le couple traverse des difficultés et, au lieu d’abandonner le navire du mariage, il s’en remet au Seigneur. Les non chrétiens voient notre honnêteté dans les affaires et cela les dénonce. En fait, le non chrétien voit l’application de la loi de Dieu chez le chrétien et son péché est donc mis en évidence, parce que c’est surtout le fait que nous obéissons à la loi de Dieu qui irrite les non chrétiens. Nous voyons ce point en Apocalypse 12.17 :

Le dragon fut irrité contre la femme, et il s’en alla faire la guerre au reste de sa descendance, à ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui retiennent le témoignage de Jésus. (Apocalypse 12.17)

Lorsque nous obéissons au Seigneur, nous rendons manifeste notre appartenance, notre union au Christ. Cette manifestation dévoile le péché de l’autre. Il y a longtemps, une femme africaine, qui était chef de sa tribu, se rend à la maison d’un missionnaire qui venait tout juste d’arriver. Le missionnaire avait accroché à l’arbre un miroir, objet que cette tribu n’avait jamais vu.

La femme, intriguée par l’objet qui lui était totalement inconnu, va voir ce que c’est. Au même moment, le missionnaire sort de sa maison et elle lui demande de nommer ce qui est dans l’arbre et qui est aussi horrible. Le missionnaire lui répond que ce qu’elle a vu n’est pas dans l’arbre : c’est son propre visage qui est réfléchi par le miroir. La femme ne l’a pas cru jusqu’au moment où le missionnaire a placé le miroir dans ses mains.

La femme a supplié le missionnaire de lui vendre le miroir. Après beaucoup d’insistance, il le lui donna. Qu’est-ce que la femme a fait du miroir, pensez-vous? Elle l’a complètement brisé et l’a enterré pour ne plus voir son visage horrible. C’est exactement ce que font les non chrétiens. Par nos actions, par le fait que nous appliquons la loi de Dieu, ils voient leur péché. De la même manière que la femme a détruit le miroir pour ne plus voir son visage horrible, les non chrétiens veulent éliminer les chrétiens pour ne plus voir leur péché. Parce qu’ils préfèrent les ténèbres à la lumière, ils veulent éteindre la lumière pour demeurer dans les ténèbres.

L’élection

Jésus donne une autre raison à la haine du monde. Ça peut surprendre, mais c’est à cause de notre élection :

Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui est à lui ; mais parce que vous n’êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela, le monde a de la haine pour vous. (Jean 15.19)

En Jean 6, la même idée revient, aux versets 65 et 66 :

Et Jésus disait : C’est pourquoi je vous ai dit que nul ne peut venir à moi, si cela ne lui est donné par le Père. Dès lors, plusieurs de ses disciples se retirèrent en arrière et cessèrent d’aller avec lui. (Jean 6.65-66)

Pourquoi l’élection irrite-elle les non-chrétiens? Ils achoppent certainement sur le fait que Dieu est souverain et que c’est lui qui décide qui passera l’éternité au ciel. Il y a peut-être le fait que Dieu ne les a pas choisis, mais en même temps, ils ne le veulent pas. Les gens rejettent Dieu, mais voudrait passer l’éternité au paradis.

L’affolement que suscite l’élection vient aussi du fait que l’homme pécheur n’aime pas la distinction et la séparation des choses. Il préfère la confusion. Le mariage implique la distinction des sexes : le pécheur ne l’aime pas. La fidélité dans le mariage implique la séparation de toutes les autres femmes pour l’homme, et vice versa : le pécheur n’aime pas. Les commandements de Dieu impliquent la distinction du bien et du mal : le pécheur n’en veut pas. Le pécheur préfère la confusion. Toutes les religions sont bonnes ou toutes les religions sont mauvaises, toutes les pratiques sexuelles se valent et ainsi de suite. Le pécheur n’aime pas, parce que ça le force à prendre une position et, le plus souvent, comme le dit Paul en Romains 1.32, il s’accuse :

Et bien que les hommes connaissent le décret de Dieu, selon lequel ceux qui pratiquent de telles choses sont dignes de mort, non seulement ils les font, mais encore ils approuvent ceux qui les pratiquent. (Romains 1.32)

Notre union au Christ

Une autre raison qui explique la haine des païens à l’égard des chrétiens, c’est notre union au Christ.

S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi ; s’ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre. Mais tout cela, ils vous le feront à cause de mon nom […] (Jean 15.20-21)

Il y a un principe biblique que si nous disons aimer Dieu, nous devons aimer les frères et sœurs. Les païens ont compris cela, sauf qu’ils appliquent le revers. Ils haïssent Dieu; ils haïssent les frères et sœurs. Au verset 20 (Jean 15.20), Jésus dit que ce que les gens feront de sa Parole, c’est ce qu’ils feront de notre parole. Si l’Église prêche la Parole de Dieu, en fin de compte, notre parole est sa Parole. Notre union au Christ fait que les gens traitent les chrétiens de la même manière qu’ils traiteraient le Christ s’il était devant eux. La haine dirigée contre nous n’est rien d’autre que la haine dirigée contre le Christ. Les gens ne peuvent s’en prendre au Christ directement : ils s’en prennent à nous. Le monde nous déteste, parce qu’il déteste notre Seigneur. C’est comme ceux qui s’opposent au président américain : ils ne peuvent s’en prendre directement à lui, alors ils vont brûler publiquement un visage de lui en pâte à modeler. Ils s’en prennent à ce qui le représente.

Paul a compris cela sur le chemin de Damas. Il se dirigeait vers Damas pour persécuter les chrétiens. Jésus lui apparaît et lui demande :

Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu? (Actes 9.4)

Persécuter les chrétiens, c’est persécuter Jésus. Sachons ceci, frères et sœurs : ce que les non chrétiens nous font subir à cause de notre foi, c’est au Christ qu’ils le font subir. Notre union au Christ ne fait pas que nous associer à ses souffrances, à sa mort et à sa résurrection. Il y a aussi une réalité du Christ vers nous de sorte que le Seigneur fait siennes nos souffrances. Ce qui est dirigé contre nous est dirigé contre le Christ. Dans Matthieu 25, Jésus dit ceci au verset 40 :

[…] dans la mesure où vous avez fait cela à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. (Matthieu 25.40)

Haine contre Jésus

Maintenant, pourquoi est-ce que le monde a tant de haine contre Jésus?

Ses paroles

Il y a d’abord en raison de ses paroles.

Si je n’étais pas venu et si je ne leur avais point parlé, ils n’auraient pas de péché. Maintenant, ils n’ont pas d’excuse pour leur péché. Celui qui a de la haine pour moi, a aussi de la haine pour mon Père. (Jean 15.22-23)

Il y a des personnes qui sont répréhensibles à cause de leurs paroles; d’autres qui sont blessantes; et d’autres ont des paroles hypocrites. Jésus avait toujours des paroles de vérité et de grâce. Même lorsqu’il dénonçait le péché, il incitait les gens à se repentir et à bénéficier de la grâce. Le hic, c’est que c’est justement pour cela que le monde n’aime pas ce que Jésus dit. Il n’approuvait pas le monde : il dénonçait, il dérangeait, il parlait avec vérité et justice.

Ses actes

Le monde déteste Jésus aussi pour ses actions.

Si je n’avais pas fait parmi eux les œuvres que nul autre n’a faites, ils n’auraient pas de péché. Maintenant ils les ont vues, et ils ont haï, et moi et mon Père. (Jean 15.24)

Parmi les œuvres que Jésus a faites, il y a les miracles. Plus Jésus faisait de miracles, plus les Juifs s’endurcissaient et s’opposaient au Christ. Ces œuvres attestaient que Jésus est vraiment le messie promis. Ésaïe, en particulier, avait annoncé que le messie allait guérir les malades, redonner la vue aux aveugles, etc. Les Juifs ne voulaient pas croire. Ils avaient devant eux les évidences les plus fortes et ils s’endurcissaient, exactement comme le pharaon qui endurcissait son cœur de plus en plus, à mesure que le Seigneur envoyait les plaies.

Rappelez-vous lorsque Jésus guérit l’aveugle de naissance en Jean 9. Les Pharisiens bouillaient de rage. Les parents ont été menacés d’excommunication. Les Pharisiens avaient dit que si quelqu’un croyait en Jésus-Christ, il serait chassé de la synagogue.

 

Applications

Maintenant, quelques applications. Comment réagir lorsque la persécution ou l’injustice vient en raison de notre foi.

Je répondrais par 3 éléments.

  1. Comprendre la situation;
  2. Se préparer;
  3. Espérer.

Comprendre la situation

Premièrement, nous devons avoir la compréhension biblique du monde perdu. L’Église ne doit jamais retirer, cacher, taire, supprimer ce qui ne plaît pas au monde sous prétexte de se faire accepter de celui-ci. Nous devons savoir que cette séparation, cette inimitié, n’est pas le résultat du hasard : c’est Dieu lui-même qui opère cette inimitié. Dans Genèse 3.15, c’est Dieu qui parle :

Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta descendance et sa descendance : Celle-ci t’écrasera la tète, et tu lui écraseras le talon. (Genèse 3.15)

Le monde aime les ténèbres. Le Seigneur met l’inimitié entre le monde et son peuple en faisant de ses enfants des enfants de lumière. Il fait de nous ce que le monde n’aime pas. Avez-vous réfléchi au fait que plus le Seigneur vous transforme à l’image de son Fils, plus vous devenez détestables pour le monde? Plus vous appliquez la loi de Dieu, plus vous lui obéissez, plus vous devenez un irritant pour les inconvertis. Le miroir que vous leur présentez devient encore plus clair. Il fait davantage ressortir le visage hideux du péché. Sommes-nous conscients que plus nous parlons de l’évangile aux non chrétiens, plus ceux-ci nous trouvent fous? Peut-être que certains chrétiens se demandent pourquoi tout cela. Premièrement, la haine de l’inconverti est tout-à-fait injuste et injustifiée. Le verset 25 dit ceci :

Mais que cette parole, écrite dans leur loi, soit accomplie : Ils m’ont haï sans cause. (Jean 15.25)

Ils n’ont aucune raison pour haïr le Christ et son peuple. Il est vrai que le Christ a amené le péché à la lumière de façon éclatante, mais il a aussi appelé à la repentance. Il a bien dit que quiconque croit a la vie éternelle. Il a bien dit qu’il ne jettera pas dehors celui qui vient à lui, mais pour nous, pourquoi est-ce que le Seigneur nous expose à cette haine? Je pense qu’il y a deux raisons.

Notre union

La première raison pour laquelle le Seigneur nous fait subir des persécutions, c’est que celles-ci serviront de pièces à conviction : ils seront jugés pour cela. Ces persécutions ne sont pas banales. Il y a une différence entre quelqu’un qui persécute un chrétien et un homme qui fait du mal à quelqu’un d’autre. Celui qui persécute un chrétien se trouve à rejeter ce que le chrétien projette. Il rejette Dieu ouvertement. Autrement dit, le non chrétien rejette… ce que le chrétien projette. Donc, lorsque nous sommes persécutés, il est important de savoir que ce n’est pas nous que l’on rejette, mais celui qui nous a sauvés. La deuxième raison, c’est que les souffrances que nous vivons comme chrétiens sont glorieuses parce qu’elles nous associent aux souffrances du Christ.

Dans Actes 5, les apôtres se font battre de verge pour avoir annoncé l’évangile. Après avoir été relâchés, se sont-ils plaints au Seigneur? Au contraire :

Ceux-ci se retirèrent de devant le sanhédrin, joyeux d’avoir été jugés dignes de subir des outrages pour le nom du Seigneur. Et chaque jour, au temple et dans les maisons, ils ne cessaient d’enseigner et d’annoncer la bonne nouvelle du Christ-Jésus. (Actes 5.41-42)

Frères et sœurs, les persécutions que nous vivons, que ce soit un mépris de la part de la famille, une injustice au travail, ne prennent pas toujours les armes militaires et la torture. Elles sont néanmoins persécutions. Ces persécutions ont un sens : le Seigneur les voit et elles sont l’occasion pour nous de démontrer notre attachement au Seigneur. Ce n’est que dans la perspective biblique que nous pourrons persévérer.

Nous préparer

Ensuite, même si nous ne goûtons pas à de fortes persécutions présentement, nous devons déjà nous préparer.

C’est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour et tenir ferme après avoir tout surmonté. (Éphésiens 6.13)

C’est présentement que nous devons nous préparer. Nous ne savons rien de demain. Les armes mentionnées dans le contexte sont la vérité, la justice, les bonnes dispositions que donnent l’évangile de paix, le bouclier de la foi, le casque du salut et l’épée de l’Esprit, ainsi que la prière. Je vous invite à méditer ce texte à la maison, mais j’aimerais pour ce matin vous amener à considérer un élément qui passe souvent sous silence. Paul ne dit pas de se préparer individuellement. Il parle à l’Église et c’est en Église que nous devons nous préparer.

Espérer

La dernière application, c’est l’espérance. Sans l’espérance des promesses futures, nous n’aurions aucune raison de supporter les persécutions et d’accepter les injustices. Ce n’est qu’en regardant notre glorieux horizon que nous allons réaliser que les souffrances actuelles ont un sens et que nous ne serons pas perdants. Je termine par la lecture de Matthieu 5, versets 10 à 12 :

Heureux ceux qui sont persécutés à cause de la justice, car le royaume des cieux est à eux! Heureux serez-vous, lorsqu’on vous insultera, qu’on vous persécutera et qu’on répandra sur vous toute sorte de mal, à cause de moi. Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux, car c’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés. (Matthieu 5.10-12)

 

Daniel Durand, pasteur
1erjuillet 2018

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email