Épître aux Romains – Introduction 3

« Paul dit que la principale raison de son désir de visiter ces frères est l’amour fraternel. Le but de son épître doit être aussi de démontrer cet amour. Par cette lettre, Paul veut communiquer cet amour en attendant de les voir face à face. Il est possible que Paul ait voulu leur dire qu’ils étaient importants pour l’ensemble de la chrétienté. Comme nous l’avons vu, l’église de Rome n’a pas été fondée par un apôtre. Peut-être que les chrétiens se sentaient isolés. Paul veut les encourager et veut même les visiter. »

Babylone

La ville de Rome était le cœur de l’Empire. À ce titre, Rome était hostile au christianisme, qu’on pense aux chrétiens jetés aux lions par exemple. Pierre dit :

L’Élue qui est à Babylone vous salue. (1 Pierre 5.13)

Nous savons que Babylone n’existait plus au temps de l’église primitive. Plusieurs facteurs nous amènent à penser que les chrétiens parlaient de Babylone pour ne pas éveiller l’hostilité des dirigeants romains. Dans Apocalypse 17, Babylone est appelée la ville aux sept collines. Or, en plus de retenir que Babylone n’existait plus, nous savons que Rome a sept collines. Dans l’Ancien Testament, les prophètes opposent souvent Babylone à Jérusalem (Ésaïe 14.4-23; Ésaïe 48.20 ; Jérémie 51.9-11). Donc, Babylone, bien qu’elle n’existe plus, devient l’emblème des forces dirigeantes qui s’opposent à Dieu et à son peuple. Donc, l’épître est envoyée à la ville qui est le cœur de l’empire qui s’oppose à Dieu. Les chrétiens étaient vus comme des traitres de la nation. Les empereurs voulaient être déifiés, ce que n’acceptaient pas les chrétiens. Les empereurs se donnaient le titre de Seigneurs. Quand les chrétiens disent qu’il n’y a qu’un seul Seigneur, Jésus-Christ, vous comprenez que ça attise la persécution. Les Romains croyaient aussi que, pour que leurs dieux soient favorables à l’ensemble de la population, pluies, bonnes récoltes, protection contre les ennemis, il fallait que toute la population serve ces dieux. En adorant Jésus-Christ, les chrétiens étaient vus comme des saboteurs spirituels. Ils attiraient, selon les Romains, la fureur des dieux. La situation de Rome était donc très difficile pour les chrétiens. Même si ces réalités couvraient l’ensemble de l’empire, c’était pire dans la ville de Rome. La seule exception, c’est le judaïsme : les Romains toléraient la pratique du judaïsme.

Est-ce qu’il y a un texte de l’épître aux Romains qui est particulièrement concerné par la situation politique de Rome?

Romains 13 : la soumission aux autorités civiles.

Situation interne

Tension judaïsme/christianisme

Une des difficultés que l’église primitive a dû traverser est le passage entre le judaïsme et le christianisme. Après tout, les institutions du judaïsme, la loi de Moïse, les sacrifices, tout cela a réellement été institué par Dieu. Affirmer à une communauté à qui Dieu a donné une loi qu’ils ne sont plus sous cette loi est un défi. Plusieurs églises ont vécu ces tensions, en particulier les églises de la Galatie et celle de Corinthe.

Rédaction

Date et lieu

Selon les données que nous fournissent le livre des Actes (Actes 20.3) et Romains elle-même (Romains 15.22-25), l’épître aux Romains auraient été écrite lors du troisième voyage missionnaire de Paul, probablement alors qu’il était à Corinthe, en 56 ou 57. En Romains 16.1, Paul recommande Phobée, diaconesse de Cenchrées. On pense que c’est elle qui a apporté la lettre à l’Église de Rome. En Romains 16.23, Paul salue Gaïus son hôte. Or, Gaïus est un Corinthien que Paul avait baptisé (1 Corinthiens 1.14).

Canonicité

À venir…

But de l’épître

Amour fraternel

Paul dit que la principale raison de son désir de visiter ces frères est l’amour fraternel. Le but de son épître doit être aussi de démontrer cet amour. Par cette lettre, Paul veut communiquer cet amour en attendant de les voir face à face. Il est possible que Paul ait voulu leur dire qu’ils étaient importants pour l’ensemble de la chrétienté. Comme nous l’avons vu, l’église de Rome n’a pas été fondée par un apôtre. Peut-être que les chrétiens se sentaient isolés. Paul veut les encourager et veut même les visiter.

Besoin de connaître le salut

Il semble que l’église devait être enseignée de façon particulière sur le salut pleinement accompli par Christ. Les œuvres sont inutiles pour le salut. Elles nous trahissent plus que nous sauvent. Par contre, alors que certains utilisent ces versets pour promouvoir l’antinomisme, c’est-à-dire pour affirmer que nous ne sommes plus redevables à aucune loi, Paul dit au chapitre 6, versets 1 et 2 :

Que dirons-nous donc ? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde ? Certes non ! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché ? (Romains 6.1-2)

Le chrétien n’est plus sous la malédiction de la Loi. Par contre, une des caractéristiques de la nouvelle alliance est que la Loi de Dieu est inscrite dans le cœur et l’intelligence des membres du peuple de Dieu (cf. Jérémie 31.33, Hébreux 8.10).

Préparation pour évangéliser en Espagne

Paul affirme aussi au chapitre 15, à partir du verset 19, vouloir évangéliser jusqu’en Espagne. Il voyait l’église de Rome comme un lieu d’escale et où il pourrait trouver des personnes qui voudraient œuvrer avec lui en Espagne. Donc, il est possible que l’épître soit une préparation à l’œuvre d’évangélisation. L’étude que nous faisons de cette épître doit aussi nous servir dans l’évangélisation.

Faibles

Il y avait aussi une situation avec les faibles, au chapitre 14.

Ceux qui causent des divisions

Aussi, avec ceux qui causent des divisions, au chapitre 16, versets 17 à 20.

Soumission aux autorités

Dans le bloc d’exhortations qui débute au chapitre 12, Paul semble donner des consignes qui, de toute évidence, trouvent une pertinence particulière à l’église de Rome. Au chapitre 12, il y a des directives de conduite dans l’église; au chapitre 13, une exhortation sur la soumission aux autorités civiles. À Rome, ces consignes sont particulières. Au chapitre 14, les forts sont appelés à supporter les faibles et, au chapitre 15, d’autres consignes de vie communautaire.

Caractéristiques internes

Structure et/ou plan

Introduction

Première partie : chapitres 1-8

Le juste vivra par la foi (ou le juste par la foi vivra). Le thème est celui de la justification par la foi et la vie en Christ qui lui correspond (ou en est la conséquence). On peut voir deux grandes sections dans cette première partie :

  • Romains 1.18-5.21 : la justification de Dieu pour les Juifs et les non-Juifs (les païens);
  • Romains 6.1-8.39 : la justification par la foi est une réalité eschatologique en Christ, Messie d’Israël, sauveur du monde.

Deuxième partie : chapitres 9-11

  • Le mystère de l’union des croyants provenant d’Israël et des païens en un même corps (le même olivier). Le mystère de l’incroyance présente d’Israël au vu de la foi de païens et l’explication de l’apôtre.

Troisième partie : chapitres 12-15

  • La vie d’obéissance de ceux qui sont justifiés par la foi.

Conclusion : Romains 15.33-16.25

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email