Degrés de châtiment, partie 1

Share on facebook
Share on twitter
Share on google
Share on email

« La question reste difficile et délicate. Ce qui est certain, c’est que nous devons nous réfugier dans les attributs de Dieu, en particulier dans sa justice. Il est parfaitement juste et ne punira jamais une personne qui ne le mérite pas. La seule personne qui a été punie sans le mériter est le Seigneur Jésus. Si jamais les personnes inaptes sont condamnées, ce sera en toute justice. Certains chrétiens émettent la possibilité que Dieu puisse sauver et conduire à la repentance ces personnes. Nous, nous ne pouvons leur communiquer le message de l’évangile, mais ce qui est impossible à l’homme est possible à Dieu, mais là, nous sommes dans la spéculation. »

 

Introduction

Dans les dernières semaines, nous avons vu que tous les hommes sont inexcusables devant Dieu face à leur péché, même ceux qui n’ont jamais entendu l’évangile. Personne ne pourra plaider pour se défendre. La raison est que le Seigneur a placé suffisamment d’éléments pour tous les hommes : hors de l’homme, il y a toute la création qui révèle plusieurs attributs divins; en lui, il y a l’œuvre de la loi de Dieu écrite en chacun en plus de la notion d’éternité. Tout ceci nous montre la pleine responsabilité du pécheur face à son péché. Dans le contexte de la croix, c’est important de savoir que le Christ n’est pas mort pour des personnes qui ne savaient rien du tout et que, si elles avaient su, elles n’auraient pas péché. Le Christ est mort pour des pécheurs très conscients de leur péché et ceux qui sont condamnés le sont à juste titre.

Salut des bébés

Nous allons aborder brièvement la question du salut des bébés décédés. Avant d’entrer dans le sujet, j’aimerais présenter deux points. Disons d’abord qu’il s’agit d’une question très sensible, surtout pour ceux qui auraient eu la peine horrible de perdre un bébé. Je ne voudrais pas aborder cette question sans penser à ces parents. Cette question concerne évidemment les fétus nés avant l’accouchement; aussi, les personnes inaptes pour des questions de problèmes mentaux. Ensuite, nous devons examiner cette question avec les vérités bibliques. C’est un sujet très émotif, mais nous devons éviter les réflexions déterminées par les émotions plutôt que par les Écritures. Dans la suite de cette étude, nous parlerons des personnes inaptes, ce qui inclut les embryons, mais aussi les personnes avec une déficience mentale grave. Le premier point concernant cette question, c’est que tous les hommes naissent en Adam.

C’est pourquoi, de même que par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort a passé sur tous les hommes, parce que tous ont péché […] (Romains 5.12)

Être en Adam, c’est avoir la nature pécheresse. Il s’agit de tous les hommes sans exception.

Qui fera sortir le pur de l’impur? Personne. (Job 14.2)

Sur cela, personne n’échappe. La question n’est pas de savoir si ces personnes ont péché ou non : personne ne peut naître d’un homme pécheur sans être un pécheur lui-même. La question est plutôt de savoir si cette personne est consciente et responsable de son péché. Il est vrai qu’un embryon ne peut commettre de péché au sens où il ne peut voler, où il ne peut faire de faux témoignage, où il ne peut désobéir à ses parents, etc. Il ne l’a pas fait, parce qu’il n’en a pas eu l’occasion. C’est l’occasion qu’il n’a pas eue. Ça ne signifie pas que son cœur est sans péché.

Les méchants sont pervertis dès le sein maternel, les menteurs s’égarent au sortir du ventre de leur mère. (Psaumes 58.4)

Cela dit, il est difficile de dire que l’embryon ou le nouveau-né ne pèche pas en pensée. S’il pense, ses pensées sont marquées par le péché. L’individu ne devient pas pécheur.

Voici : je suis né dans la faute, et ma mère m’a conçu dans le péché. (Psaumes 51.7)

L’être humain est conçu dans le péché. Ça signifie que, dès sa conception, il est marqué par le péché.

Arguments

Ceux qui croient que les personnes inaptes sont sauvées font valoir certains textes. Le texte de 2 Samuel 12.23 rappelle l’intercession de David pour son fils gravement malade qui a fini par mourir. Lorsque David apprit que son fils était mort, il dit ceci :

Maintenant qu’il est mort, pourquoi jeûnerais-je? Puis-je le faire revenir? Moi j’irai vers lui, mais lui ne reviendra pas vers moi. (2 Samuel 12.23)

Le point est que David dit que son fils ne reviendra pas vers lui, mais que lui ira vers lui. Puisque David est sauvé, certains pensent que son fils l’est aussi, puisque David est allé le rejoindre. Des textes de l’Ancien Testament nous informent que cette conclusion est peut-être trop rapide.

La nuée s’évanouit; elle s’en va, ainsi celui qui descend au séjour des morts ne remontera pas; (Job 7.9)

Tout va dans un même lieu; tout provient de la poussière, et tout retourne à la poussière. (Ecclésiaste 3.20)

La pensée ici est que tous les hommes retournent à la poussière, s’en vont à la mort. Lorsque David parle de son fils, il est possible que David affirme simplement qu’il ira à la mort tout comme son fils. Ecclésiaste 9.3 :

Voici un mal parmi tout ce qui se fait sous le soleil; c’est qu’il y a pour tous un même sort; et, aussi, le cœur des humains est rempli de mal, et la démence est dans leur cœur pendant leur vie; après quoi, ils vont chez les morts. (Ecclésiaste 9.3)

La terre était corrompue devant Dieu, la terre était pleine de violence. Dieu vit que la terre était corrompue; car toute chair avait une conduite corrompue sur la terre. Alors Dieu dit à Noé : J’ai décidé de mettre fin à tous les êtres vivants; car la terre est pleine de violence à cause d’eux; je vais donc les détruire avec la terre. (Genèse 6.11-13)

Le déluge était une condamnation sur l’homme pécheur. Des embryons, de jeunes bébés et des personnes inaptes mentalement sont morts. De plus, le déluge est une annonce du jugement dernier. La question reste difficile et délicate. Ce qui est certain, c’est que nous devons nous réfugier dans les attributs de Dieu, en particulier dans sa justice. Il est parfaitement juste et ne punira jamais une personne qui ne le mérite pas. La seule personne qui a été punie sans le mériter est le Seigneur Jésus. Si jamais les personnes inaptes sont condamnées, ce sera en toute justice. Certains chrétiens émettent la possibilité que Dieu puisse sauver et conduire à la repentance ces personnes. Nous, nous ne pouvons leur communiquer le message de l’évangile, mais ce qui est impossible à l’homme est possible à Dieu, mais là, nous sommes dans la spéculation.

Daniel Durand, pasteur
23 août 2017

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email